Menu+

1 Commentaire

  1. C’est peut-êtretrop romantique mais si beau, un paysage enneigé dans le Haut-Doubs.
    Sur le chemin,j’y ai vu tantôt une petite ferme abandonnée, tantôt un homme avec sa charrette et pluis loin un buisson contre le ciel bas au bout du village oublié.
    Puis j’ai suivi des yeux une trace de roues qui conduit à une habitation isolée.
    L’artiste continue de peindre, mais je sens que quelque chose le trouble. Est-ce un groupe de gens à la sortie de l’église?
    Tous ces bons chrétiens, pour employer sa formule.
    Il aime cette religiosité, l’église, cette demeure du père et du ciel.
    Peut être que sa pensée ne trouve plus de mots neufs.
    Puis à nouveau le pinceau s’anime sur la toile sans confusion, çà y est, il sait qu’il a retrouvé dans sa tête son village et avec soulagement il est transporté vers les cieux.
    Cette douce sensation d’être dans deux endroits à la fois, dans son village enneigé et bien au chaud dans son atelier un pinceau entre les doigts.
    Et là, il sait qu’il a fini et qu’il peut apposer ses initiales en bas du tableau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *